Compétition départementale de Sarbacane organisée à Bruz

Gagnants sans potence

Le but de cette journée était de proposer un circuit compétition aux sportifs de sarbacane du département
Effectifs : 18 sportifs (10 en catégorie potence, 8 en catégorie sans potence)
5 structures présentes : Handisport Rennes Club –
Foyer Guillaume d’Achon – OFIS Redon – JA Bruz – OCS Montauban

Le bilan de cette première compétition départementale organisée par la section Handisport a été très positif. Jean-Claude COQUERELLE, responsable de la section Handisport, a réuni un nombre de bénévoles important (une dizaine sur la journée) pour installer, accueillir, compter les scores, préparer les tables du midi…).

Cette forte présence bénévole a permis de faciliter l’organisation de la journée. Le retour des sportifs/encadrants à ce sujet a été positif.
La présence d’un salarié du Comité Départemental Handisport d’Ille et Vilaine était complémentaire , elle  a permis de gérer l’aspect compétitif (table de marque, gestion des séries de qualification et des duels…).
Les crêpes, préparées par Catherine (bénévole), auront permis de clôturer la journée dans la convivialité.

Nous remercions :
Le Comité Départemental Handisport d’Ille et Vilaine et en particulier Floriane Hellio et les bénévoles présents, qui nous ont prêté main forte pour faire de cette journée une réussite. La ville de Bruz pour la mise à disposition de la salle. Les éducateurs des établissements pour l’accompagnement tout au long de la journée.

Michel, qui est venu immortaliser quelques moments de l’après-midi en photos et en vidéo. Et bien sûr un grand bravo aux sportifs !

Les résulats sportifs

POTENCE

  • 1er : Philippe PONDARD
  • 2ème : Haidar PINTOR
  • 3ème : Jacques VOISIN
  • 4ème : Karim SOUEDANE
  • 5ème : Romain BAUCHART
  • 6ème :David LEMONIQUE
  • 7ème : Frédéric DALPRAT
  • 8ème: Patrice RIMBAULT
  • 9ème : Gilles CHATEL
  • 10ème : Clément JOSSE

SANS POTENCE

  • 1er : Franck CHAUVIN
  • 2ème : Isabelle FREROU
  • 3ème : Yohan HERVE
  • 4ème : Marie-Laure GUILLAUME
  • 5ème : Laetitia BOUVET
  • 6ème : Sandrine LEROUX
  • 7ème : Elouen CORNIC
  • 8ème : Erwann PERRAIS

L' ALBUM PHOTOS de la compétition

LA VIDEO

Questions fréquentes sur la sarbacane

Pratique

HANDICAPS PHYSIQUES

Pratiquée à l’origine chez les valides, l’intérêt de la sarbacane réside dans la combinaison du contrôle du souffle, de la maîtrise et de la stabilité de la concentration. Ouvert aux personnes les plus lourdement handicapées, ce sport 100 % intégration permet aussi de regrouper valides et handicapés sur le même pas de tir.

  • Loisir : ouvert à tout public.
  • Compétition jeunes : l’activité est réservée aux handicaps les plus lourds des catégories fauteuil manuel, électrique et debout (avec ou sans potence), ainsi qu’en OPEN (tous handicap) avec potence.
  • Compétition adultes : la discipline est ouverte à tous types de handicaps.

 

Matériel

Le matériel présenté dans le règlement est utilisé pour la compétition mais en loisir, il peut être beaucoup plus varié, c’est au pédagogue d’adapter le matériel en fonction du niveau sportif et du handicap de la personne.

  • Projectiles : en dehors des pointes métalliques utilisées en compétition (flèches), il existe des projectiles pointus (plastique), non pointus (velcro, paint-ball) et d’autres « bouchons » permettant des tirs d’objets.
  • Cibles : La cible d’un diamètre de 17 cm est placée à 2,50 m du bout de la sarbacane du tireur et à 1,30 m du sol. Le centre équivaut à 10 points puis dégressif jusqu’à l’extérieur. Des trispots (3 points de tir différents) sont réservés aux finales. La cible peut être adaptée en fonction du projectile : cible officielle, ballon de baudruche, feuilles de papier colorées et chiffrées.
  • Sarbacane : d’un calibre de 10,5 mm, la longueur est à adapter en fonction des caractéristiques du pratiquant (6 longueurs différentes : 48, 61, 76, 91, 107, 122 cm ; courte pour pallier l’explosivité du souffle). L’embout buccal doit rester personnel et être équipé d’un système anti-retour de la flèche évitant tout risque d’avalement.
  • Potence : Selon la sévérité du handicap, des aides pour soutenir la sarbacane sont autorisées (potence pour poser l’extrémité de la sarbacane). Le tireur qui ne peut faire l’usage de ses membres supérieurs utilise une potence qui lui permet de disposer d’un repose sarbacane pour une pratique de tir en autonomie. Le modèle potence est règlementé en compétition.

 

Classification

Classification réservée au secteur jeunes

  • Catégorie FE : tireurs en fauteuil électrique,
  • Catégorie F1 : tireurs en fauteuil manuel avec une grande difficulté de propulsion.
  • Catégorie D1 : tireurs debout avec une très grande difficulté de déplacement.
  • Catégorie D2 : tireurs debout avec difficulté de déplacement.

Pour les adultes, pas de classification requise. Seule l’appartenance à une catégorie “potence” ou “sans potence” détermine son entrée dans l’activité.

Réglement

La sarbacane n’étant pas une discipline paralympique, aucune règle internationale ne régit cette activité. Néanmoins la Fédération Française Handisport prévoit ce règlement : les tireurs disposent de 10 volées de 3 flèches pour totaliser le maximum de points en visant une cible, suivi d’une phase de duels, ce qui détermine le
vainqueur de la compétition.